L’importance de la routine chez l’enfant

7 Mar 2018 | Education

S’habiller, se laver, manger, aller au lit… La journée d’un enfant est ponctuée d’actions qui reviennent jour après jour. Or cette « routine », qui nous paraît évidente en tant qu’adultes, est un processus qui se met doucement en place chez l’enfant. Il s’agit d’un apprentissage très important car, en plus d’apprendre à l’enfant à prendre soin de lui et donc de développer son autonomie, la routine lui apporte un sentiment de sécurité qui, à terme, lui donnera confiance en lui tout au long de sa vie.

En fait, qu’est-ce qu’une routine ? Il s’agit de gestes et d’événements qui se répètent dans le même ordre, quotidiennement. Ceux-ci rythment la journée. Le sommeil, les repas et les soins d’hygiène constituent les principales routines, mais bien d’autres peuvent s’y ajouter, dépendant de chaque famille. Il peut s’agir d’actions ludiques comme un jeu ou la lecture d’un livre. Ou encore de certaines tâches ménagères comme mettre la table, aider à débarrasser. Les gestes se répètent chaque jour et ceci rassure l’enfant. Plus son quotidien est prévisible, plus il est confiant. Il se sent en sécurité. Ainsi, un enfant qui a intégré sa routine de la sieste quotidienne à 13h par exemple, va parvenir à s’endormir plus facilement car il a l’habitude de cette sieste. Il sait qu’il ne craint rien. Cette confiance va l’apaiser et, ainsi, le mettre dans de bonnes conditions pour trouver rapidement le sommeil.

En plus de rassurer l’enfant, la routine l’aide à se situer dans le temps. Ces actions qui se répètent lui donnent des repères temporels : il sait comment les choses s’enchaînent, quelle action vient après quelle action (par exemple : le repas, le brossage des dents, puis le dodo). Définir des horaires peut également être un moyen de l’aider à se repérer.  Parallèlement à cela, la routine lui fait prendre conscience de ses besoins. Si vous lui donnez le choix (par exemple en lui proposant deux savons différents pour se laver les mains), il apprendra à prendre confiance en lui et à devenir plus autonome. Comme l’explique cette courte vidéo diffusée par Naître et Grandir : « Tout en gardant des limites, laissez-lui la possibilité d’influencer la routine en lui donnant la chance de prendre des décisions.  Par exemple : quelle histoire veux-tu ? Celle avec les dinosaures ou avec les pirates ? Cette attitude nourrit son sentiment d’indépendance ». Un sentiment fondamental pour son bon développement.

Cette création d’automatismes est à travail à faire avec son enfant. En sachant que ceux-ci resteront à vie. Après avoir joué, l’enfant saura qu’il faut ranger ses jouets. Après manger, il saura qu’il faut se laver les dents. Alors comment faire au départ ? En tant que parents, il nous faut accompagner notre enfant tous les jours, dans chaque geste routinier. Le mieux est de lui montrer comment faire, de l’accompagner, de lui rappeler chaque jour les différentes actions, et de rester ferme. Ensuite, lui dire des phrases positives après chacune d’elles. Comme, par exemple, après s’être lavé les dents : « Ah ! On se sent mieux avec une bouche toute propre et qui sent bon, non ? ». Sans oublier de le féliciter. Petit à petit, il prendra lui-même les devants pour faire les choses. Même en cas de changement, comme un déménagement ou les vacances, il est important de conserver le maximum de gestes routiniers. C’est aussi pour cela que les crèches demandent aux parents quel est le rythme de l’enfant à la maison : pour le perturber le moins possible et qu’il puisse continuer à fabriquer sa confiance en lui. A terme, vous en tirerez également des bénéfices au quotidien car il y aura moins de tension dans le foyer familial. L’enfant qui a intégré sa routine est moins grondé, vous n’aurez pas à user d’autorité et donc, il y aura moins de conflits.

Mais un quotidien bien organisé ne devrait pas non plus rimer avec une rigidité exagérée. L’enfant a besoin d’un quotidien structuré mais les imprévus permettent de vivre des moments de bonheur spontanés et, finalement, d’appendre à y faire face. Comme l’explique le Docteur Gagnier, spécialisée en psychologie de l’éducation : « L’idéal est de trouver l’équilibre entre les deux extrêmes, histoire de profiter du meilleur des deux mondes. Cela signifie d’être organisé et d’offrir une stabilité sécurisante à nos enfants, tout en acceptant que certaines choses puissent parfois échapper à notre contrôle et que toute la vie familiale ne peut être réglée au quart de tour. Cela signifie également d’être ouvert aux petits moments de bonheur que nous offre la spontanéité des enfants… ».

Rassurer l’enfant, favoriser son autonomie, procurer un sentiment de confiance en soi, donner des repères temporels : la routine apporte de nombreux bienfaits et aide l’enfant à grandir de façon épanouie. Elle lui donne des habitudes qui resteront gravées en lui, même durant sa vie d’adulte. Il est aussi important d’avoir des moments « imprévus », afin d’aider l’enfant à savoir faire face aux aléas de la vie. Enfin, n’oubliez pas l’intégration de routines divertissantes et amusantes, tels que des jeux en famille, des promenades. Comme le souligne Maude Dubé, éducatrice spécialisée : « Tout d’abord, vous devez trouver votre propre routine. Il n’y a pas de routine idéale. Il faut simplement qu’elle corresponde à votre style de vie. La seule nuance à tout cela : il est fortement recommandé d’inclure un moment calme avant le coucher ». Hélène Fagnan, coach familial, explique également qu’il est important de « toujours refaire la même chose soir après soir. Certains parents diront qu’ils n’aiment pas la routine, mais vos enfants en ont BESOIN. Il est donc primordial d’accorder le temps et l’attention nécessaire à cette partie de la journée afin de favoriser le sommeil de votre enfant. Vous en serez gagnant ! Un enfant qui a bien dormi est beaucoup plus conciliant ».

A ce propos, les contes audio du Souffleur de rêves sont conçus pour s’imbriquer parfaitement dans la routine de l’enfant, l’apaiser et l’aider à trouver facilement le sommeil. Au moment de la sieste en journée, ou lors du coucher le soir, choisissez avec votre enfant l’une des nombreuses histoires de la bibliothèque du Souffleur de rêves, selon le thème, ou son personnage préféré, et hop ! Votre enfant n’a plus qu’à fermer les yeux et à se laisser bercer par la voix du conteur, par les musiques et la douceur des fonts sonores, qui l’entraîneront jusqu’au doux pays des rêves…!

Illustration 1 : Sophie Anfray
Illustration 2 : Philippe Geluck

Faustin et l’île mystérieuse

BANDE ANNONCEFaustin et l’île mystérieuseDisponible le 12 Juin 2019Faustin n’a pas beaucoup de chance… Orphelin dès ses 10 ans, il se retrouve par la suite mendiant dans les rues de Londres… Mais qui a dit que les choses devaient rester figées ? Certainement pas...

Le grand voyage d’Opale

Le jour de ses 10 ans, Opale apprend qu’elle n’est pas une fée comme les autres… Son papa est un humain ! Bien décidée à le rencontrer, elle entreprend alors un grand voyage qui lui fera vivre des…

3 astuces pour que votre enfant fasse la sieste

Alors que de nombreux parents donneraient beaucoup pour se reposer un moment, la sieste donne souvent lieu à d’âpres négociations avec l’enfant. Parce que le sommeil l’angoisse, ou parce qu’il ne veut tout simplement pas s’interrompre dans son jeu : votre tout-petit fait une scène, et utilise tous les prétextes pour retarder – voire refuser – le temps de repos. Comment préserver ce moment essentiel le plus longtemps possible ? Voici nos meilleures astuces pour mettre votre enfant à la sieste sans contestations !

5 astuces pour éviter les caprices au moment de coucher son enfant

Soif, faim, envie d’aller aux toilettes… toutes les excuses sont bonnes pour retarder le moment du dodo, et votre enfant l’a bien compris ! Mauvais timing : la journée des parents a été bien remplie, et leur réserve de patience est expirée. Pour éviter batailles et cris en fin de journée, quelques astuces toutes simples permettent d’éviter les caprices au moment de coucher son enfant. On vous les livre…

Idées d’activités à partager en famille loin des écrans

A l’ère des nouvelles technologies, l’AFPA – Association Française de Pédiatrie Ambulatoire – relaye la fameuse règle des 3-6-9-12 ans qui vise à retarder la « consommation » d’écrans par les enfants. Côté parents, c’est la mode de la digital detox qui incite à limiter les temps d’écran à une époque où le smartphone devient trop souvent le prolongement de la main… Alors si vous vous lanciez en famille un défi commun ? Voici les meilleures idées d’activités à partager avec vos tout-petits loin des écrans !